Fuite des cervaux ou Guerre de Talents entre la France et l’Amérique?

Le sujet à lui seul mériterait un bouquin. Ceci dit, abordons le sans affect. La fuite des cerveaux est un phénomène mondial qui touche globalement toutes les parties du monde, sauf une, l’Amérique du Nord, entendez par là ,les Etats-Unis d’Amérique et le Canada. Le reste du monde ,leur reproche de manière aussi triviale que ridicule, d’être trop attractifs. En Afrique en particulier, on se plaint de voir des talents partir,mais on oublie qu’au fond,personne ne quitte son pays par pur plaisir, et on aimerait tous se sentir mieux chez nous. La réalité est que même pour un jeune qui réussit en Afrique, et d’autant plus s’il réussit justement, il verra vite qu’il existe un plafond de verre que la monde a installé. On dirait qu’on a pas la possibilité de fonder en Afrique des solutions ou des services utilisés par des milliards de personnes et d’avoir la visibilité et la reconnaissance des startups américaines.

L’être humain étant un objet social facile à cerner, analysons de prime abord ce qu’est un “cerveau”.Ici il faut bien comprendre qu’aucun pays ne se lamenterait de voir partir ses esprits les moins lumineux. Le véritable défi dans ce cas, est la guerre des talents dans le monde. La guerre économique a créé une guerre des ressources de plus en plus visible, mais au-delà de cela ,un conflit sous-jacent est celui des mesures d’attractivité pour fédérer sur son sol les jeunes les plus brillants du monde. A ce jeu l’Amérique a généralement un coup d’avance avec ses programmes de Young Leaders. On dénombre selon le département d’Etat américain plus de 700.000 bénéficiaires ,et plus de 25.000 jeunes “leaders” ayant bénéficié de l’accompagnement gracieux des Etats-Unis.

Après le lancement de mes activités de drones en Afrique,j’ai moi même été identifié et bénéficié de l’un des ces programmes ,et comment dire,oui vous ressortez de là secoué. Quand vous avez 28 ans,étant un jeune africain et vous recevez une lettre du gouvernement américain qui vous invite chalereusement à découvrir l’amérique dans un programme d’élite tous frais payés et logé dans des 4 étoiles pendant presque deux mois (IVLP -International Visitor Leadership Program) , il faudrait avoir le coeur solide pour ne pas d’une part se sentir fier de voir son travail reconnu peu importe le domaine, et d’autre part nier l’impact psychologique. Pendant mon séjour, j’étais entouré d’une vingtaines de jeunes ayant la trentaines, venant des 5 continents, Kazhakstan, Arabie Saoudite, Zimbabwe, Emirats, Allemagne,Pakistan ,Israel, Afrique du sud etc, tous triés sur le volet pour leurs actions/innovations dans leur pays d’origine. L’expérience en ce qui me concerne a changé ma vie et m’a permis de voir le monde autrement, de suivre un coaching à Harvard, rencontrer des incubateurs à Washington, découvrir des fonds d’investissements dont je n’imaginais même pas l’existence et des modèles d’entrepreneuriat social que j’ai ensuite répliqué au cameroun avec mon association Phoenix Lab. A noter qu’une fois le programme terminé,l’ambassade US de votre pays d’origine lance des appels à projets qu’elle finance pour les bénéficiaires qui décident de travailler ensemble. Bref, de mon point de vue, une vrai leçon de soft power.

Les Causes

Dans un contexte géopolitique qui tend vers la multipolarité, la digitalisation du monde a rendu la conquête scientifique à la portée de toute nation capable d’avoir des ordinateurs et un accès à internet. Le défi pour conserver un écart entre les leaders et les suiveurs devient la créativité des individus utilisant les mêmes outils et non plus les outils en eux-même comme celà a pu être le cas lors de la révolution industrielle. Internet change tout.

Par ailleurs, il existe un enjeu démographique car en occident et la situation se présente relativement mal. Pour faire simple,il y a de moins en moins de bébés au-delà des tropiques et de plus en plus en dessous. A tel point, que l’Afrique aura sans doute près de 2 milliards d’habitants d’ici 2050. Des pays comme le Canada pour palier au manque de main d’oeuvre (35 millions d’habitants) dans un pays de la taille des Etats-Unis fait appel à des programmes d’immigration professionelle choisie. Aux USA,il existe la greencard et en Europe il existe la Blue Card,moins connue mais portée par l’Allemagne en première ligne. En France, depuis quelques années ,il existe un programme “Welcome To France” et le Passeport Talent porté par le président Emmanuel Macron depuis son arrivée au pouvoir avec un esprit libéral affirmé.

La mobilité internationale : Pour des américains et des européens , ce n’est pas vraiment un sujet. Mais pour le reste du monde , c’est un VRAI sujet. Combien d’entrepreneurs asiatiques, d’amérique latine ou d’Afrique ont vu passer des opportunités d’affaire ou d’investissement parce qu’on leur a refusé un visa? Incalculable. Par besoin de mobilité, les talents finissent par chercher d’autre nationalités, à se refugier ailleurs parce que leurs Etats d’origine ne font rien pour donner de la force à leurs passeport. A un moment l’individu réalise qu’il mérite mieux.

Les financements : L’accès aux financements est biaisé selon la nationalité. On a vu plusieurs fois des entrepreneurs américains ou européens lever plus de fonds pour des projets en Afrique que des Africains eux mêmes. Logiquement l’idée fait son chemin et on comprend de quel côté de la mer il vaut mieux se situer pour lever des fonds. C’est aussi valable pour les chercheurs européens qui s’exilent en amérique estimant que les moyens en Europe sont dérisoires comparés aux budgets de certaines universités américaines à elles seules,notamment en intelligence artificielle.

Un enjeu sécuritaire aussi, l’informatique quantique ,le spatial,les drones,la cybersécurité et l’intelligence artificielle sont des domaines qui impactent clairement le déroulement d’un conflit moderne. Force est de constater qu’on ne peut plus faire la guerre en 2023 comme en 1945. Par conséquent avoir la capacité,par exemple à intercepter ou brouiller les communications digitales, à obtenir des positions stratégiques grâces à des drones de plus en plus performants demande d’avoir des compétences,donc des personnes fiables sous la main. La France tente timidement de faire de même avec son programme Young leaders,pas les mêmes moyens.

Les Conséquences

La conséquence première de cet état de fait est le départ croissant de médecins, de scientifiques et de toutes les forces vives du monde vont vers les Etats-Unis. Certains ont beau se consoler du manque de culture générale de l’américain moyen et de leur côté nombriliste, le fait est qu’il y a plus de prix nobels américains que tout le reste du monde cumulé et que les universités américaines continuent d’être au sommet des classements business et scientifiques sur terre. On peut débattre des opinions,pas des faits.

Par ailleurs , cela renforce les inégalités entre les grandes puissances et pays en voie de développement. Etant donné que ceux qui auraient pu créer la rupture préfèrent s’en aller avant d’être broyés par des systèmes qui soit tirent vers le bas,soit font stagner même quand on a le sentiment d’évoluer.

Les solutions

La première solution est de créer des conditions interessantes dans les pays d’origine en Europe ou en Afrique. La force d’un talent est qu’il a la profonde conviction que peu importe dans quel coin du monde il ira, il sera bien traité sur la base de son savoir faire et saura trouver des débouchés.

La seconde est la reconnaissance des talents et la mise en place de cadres fiscaux, financiers et juridiques qui encadrent l’activité des innovateurs,comme c’est déjà le cas aux Etats-Unis. Par exemple le “National Interest Waiver”,permet d’éliminer toutes les procédures et limites de temps traditionelles pour l’accueuil d’un immigré talentueux aux Etats-Unis. Et ce n’est là qu’un exemple parmi tant d’autres.

Enfin les pays d’origine,pour ceux venant de sous les tropiques doivent négocier et garantir la mobilité internationale de leurs ressortissants. L’européen ne se demande pas s’il aura son visa quand il va en Afrique , l’Africain ne devrait pas se poser la question quand il va dans une ambassade demander une visa de manière légale, avec un dossier correct et aucune envie initiale de rester s’installer dans le pays qu’il visite parfois pour une opportunité qui peut changer la vie de son entreprise et/ou de sa famille.

ELONGWILL
Posts created 25
3 2 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x