Loi immigration en France, entre mythes,réalités et jeux de pouvoir.

Dans le cadre ambiant sur la loi immigration, il serait peut-être judicieux de donner la parole, aux premiers concernés, les immigrés. De prime abord, la plupart d’entre nous,sommes arrivés en France, pour des études. Beaucoup, comme moi, sont par la suite rentrés dans leur pays d’origine, pour travailler, entreprendre et beaucoup ont choisi de rester, et ils en ont le droit. Le gouvernement français a publiquement exprimé sa volonté de doubler le volume d’étudiants étrangers et de renforcer l’attractivité de la France pour les talents. Des organismes publics français ont pour vocation d’identifier et faciliter l’intégration de ces talents.Je pense au French Tech visa, je pense au passeport talent ,à Business France et bien d’autres. Réduire la question de l’immigration en France à des afflux de migrants à bateau au dessus de la méditerranée, c’est réducteur, simpliste et peut être même trop facile. Le migrant serait forcément cette personne avec une culture douteuse aux yeux des autres, en quête d’une vie meilleure qui a pris la route du désert et une barque de fortune avec pour objectif absolu de venir agresser des européens et profiter du système de santé dont il n’a probablement jamais entendu parler,c’est juste ridicule. 40% des chercheurs en France sont étrangers,dans toutes les écoles de commerce de France, les africains brillent par leur génie.Ceux qui sont en France pour étudier font souvent partie de l’élite et des meilleurs dans leur pays d’origine. Il y a une telle guerre de talent dans la compétition mondiale que la France peine à conserver ses chercheurs avec des bas salaires, à tel point que la plupart des leaders américains de l’IA sont en réalité …Français.

Nous allons progressivement adresser chacun des enjeux de cette loi:

1- La caution étudiante: Visiblement la plupart des commentateurs ne savent pas qu’une caution étudiante existe déjà. En effet, les étudiants étrangers doivent de manière quasi-systématique bloquer une caution bancaire équivalente à un peu plus de 600 euros/mois, soit environ 7000 euros par an, pour remplir les conditions de leur demande de visa. Faute de quoi, elle a de grandes chances d’être rejetée. Certes,il est possible d’utiliser une garantie familiale, mais elle est rarement validée à moins que le membre de famille accueillant dispose de moyens conséquents. Par ailleurs, les étudiants étrangers paient déjà les études plus cher que les autres et ont tendance à payer cash leurs frais de scolarité en école de commerce. La loi a récemment évolué afin de permettre l’accès à un visa en alternance dès la première année,c’était une véritable révolution pour les étudiants étrangers. Les Écoles de commerce en France ,comme partout ailleurs dans le monde,utilisent la diversité internationale comme un argument commercial et symbole de rayonnement,le nier serait de la pure mauvaise foi. En clair , les étudiants étrangers rapportent de l’argent à la France, beaucoup d’argent. Il y a là un pacte non écrit entre les étudiants étrangers et la France. La “caution de retour” serait selon Elisabeth Borne au micro de France info entre “10 et 20 euros” et le député Paul Midy a assumé sa volonté de tuer dans l’œuf cette mesure,étant lui-même élu d’une circonscription remplie d’étudiants étrangers,Paris-Saclay.

2- La préférence nationale : Dans les faits, et tous les étrangers en France le savent, la préférence nationale existe déjà en France, comme dans tous les pays dans le monde. Beaucoup de droits,avantages sociaux, sont systématiquement réservés aux citoyens Français. Un étudiant étranger qui souhaite passer au statut de travailleur en passeport talent doit gagner au minimum 42.000 euros par an, soit plus de 3000 euros mensuels. Selon l’observatoire des inégalités, seuls 23% des français sont dans cette tranche. En clair, l’étranger qui veut travailler en France après ses études doit gagner mieux qu’environ 80% de la population et ne peut être recruté qu’après une procédure qui explique le bien fondé et la nécessité de son recrutement à la préfecture. C’est cela le réel,loin des fictions. Sur le RSA, le président français l’a rappelé, un délai existe déjà pour les étrangers,des exemples comme celui-là,il en existe des centaines. Pour obtenir un logement en tant qu’étudiant étranger, on est tous passés par des moments laborieux avec les agences immobilières qui parfois ne reconnaissent pas les fiches de salaire de nos parents en Afrique, quand bien même ils gagnent bien leur vie,parfois la simple mention du fait d’être étranger crée une ambiance particulière. Ceci dit, oui en France, un étranger qui a des compétences peut parfaitement réussir ,travailler , gagner sa vie autant ou mieux qu’un citoyen français et cela s’appelle le mérite. La préférence nationale en France, de mon expérience, s’écrase face à l’intérêt national fût-il défendu par un étranger. Marie-Curie était polonaise,devenue française. L’idée que des citoyens d’un pays soient prioritaires chez eux, ne me choque pas particulièrement. En tant qu’entrepreneur camerounais,j’ai toujours défendu fièrement l’idée que des camerounais doivent absolument être prioritaires au Cameroun, il serait incohérent de ma part de refuser ce droit aux autres tant qu’il est clair que défendre son pays n’est pas haïr les autres. Le patriotisme est une valeur, la xénophobie est une horreur.

— Les talents étrangers: Sur ce point , parfois le gouvernement français fait preuve d’une absence de cohérence rare. En même temps, ils font tout pour attirer ce qu’ils qualifient de talents étrangers, des artistes, des entrepreneurs, des chercheurs dans des domaines de pointe, tout en créant des règles toujours plus illisibles et des lourdeurs administratives à la création d’entreprise pour les entrepreneurs étrangers ou hors union européenne. Je le vis au quotidien, dans le domaine de l’IA Générative, il y a peu de minorités visibles ,très peu. Souvent je suis presque le seul noir dans la salle et l’autre est à la sécurité. Pourtant il y a de la compétence locale, mais les parcours de vie font qu’il est presque plus probable de croiser un chercheur sénégalais dans un laboratoire d’IA en France, qu’un jeune noir ou arabe issu de banlieu ou d’un milieu défavorisé. Ce n’est pas une question d’intelligence, c’est une question de contexte, de parcours et enfin de choix. Je ne suis pas de ceux qui portent un discours victimaire dans lequel la société serait coupable de tout,et l’individu serait exonéré de ses propres responsabilités. La faute me semble partagée et il y a un juste milieu à trouver entre plus d’ouverture aux “minorités” dans les milieux scientifiques en Europe et plus de prise de conscience par ces populations du fait qu’elles sont maîtres de leur destin et que les portes finissent par s’ouvrir à force de détermination et de travail. Le fatalisme de l’échec du fait de son origine n’est pas une perspective dans la vie. Le soft power français a besoin des talents étrangers , aussi simple que ça. Ce sont ces talents qui servent à la projection vers l’international des grands groupes français. Visiblement beaucoup ne savent pas que les CCI de France à l’international dépendent précisément des réseaux étrangers pour faire croître les entreprises françaises et donc créer de l’emploi en France. Faire croire que les étrangers en France sont une nécessité juste pour faire la plonge et le ménage est à mes yeux tout aussi méprisant que de les réduire à des criminels potentiels. La condescendance de cette logique n’a d’égal que l’ignorance de la seconde. Les étranger sont aussi des scientifiques,des innovateurs dont la France a besoin. La loi immigration va régulariser près de 10.000 personnes.

4-L’AME (Aide médicale d’Etat) : Il est vital de rappeler à quel point la théorie selon laquelle des algériens,des marocains, camerounais,des maliens, des sénégalais sont à 8000 km en train d’étudier le code de la santé publique en France pour décider si oui ou non ils risqueront leur vie avec des barques ou décideront d’immigrer légalement dans le pays, est au mieux ridicule. Par ailleurs, le comble de la farce ou de l’hypocrisie — c’est selon — vient du fait que nombre d’infirmiers, de médecins et d’aide soignants dans les EPHAD viennent précisément de ces pays. Demandez aux responsables d’EPHAD, aux restaurateurs, aux laboratoires de recherche scientifique ce qui se passerait si tous les étrangers prenaient un vol demain pour leur pays d’origine. L’histoire serait beaucoup moins drôle.

5 — Le droit du sol: En réalité, le droit du sol reste intangible avec cette loi. Elle ne fait que rajouter une étape administrative qui implique que le jeune manifeste son intérêt et sa volonté d’intégrer la communauté française comme à l’époque de la loi Pasqua en 1993. Pour une raison qui m’échappe, les principaux opposants au droit du sol sont, bien des fois ,des gens qui en ont eux même bénéficié.

6- Les jeux politiques autour de la loi immigration: Cette loi est un peu un jeu de dupe,on peut ne peut pas partager ses idées mais force est de constater qu’Eric Zemmour n’a pas tort sur ce point. L’idée “gentils avec les gentils, méchants avec les méchants” est somme toute, déjà une réalité juridique en France qu’il suffit de mettre en oeuvre. La droite utilise le sujet pour montrer les muscles et raviver la flamme de sa base électorale avec le rôle de faiseur de roi à l’assemblée nationale. La gauche acte sa défaite à l’assemblée et une brève résurrection éventuelle de la nupes. Les macronistes de gauche frondent sans être révolutionnaires, les macronistes de droite entrent dans le rang, les centristes font l’autruche et l’extrême droite surfe habilement sur la vague. Le pari fait par le parti au pouvoir est assez facile à comprendre: d’abord céder à l’assemblée nationale face à la droite pour “faire passer” le texte et laver l’affront causé par la motion de rejet votée par l’opposition, ensuite ajuster le texte via le conseil constitutionnel, qui a les qualités et les défauts qu’on lui connaît de part sa structure. Enfin promulguer une loi qui aura un brin de mesures sévères et saura se montrer plus respectueuse des droits des étrangers et de la réalité de leur impact social. Politiquement ,le risque est mesuré et le gouvernement garde une posture de contrôle ,même s’il perd des points face à une droite “globale” qui lorgne déjà les élections présidentielles en 2027. Sur ce texte de loi, l’enjeu politique est majeur, toutes les parties prenantes doivent trouver un savant mélange entre fermeté et humanité,mais dans un contexte dominé par des discours de peur vis-à -vis des étrangers, l’heure est à la dureté pour qui veut se faire écouter, et potentiellement se faire élire.

ELONGWILL
Posts created 25
2 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x